Canadian Geographic
Left navigation image
Contient: La Compagnie de la baie d’Hudson Allez maintenant!

De 1774 à 1821, les groupes rivaux de la baie d’Hudson et du Saint-Laurent se disputent férocement une ressource facilement épuisable à plus de 600 postes de traite dans l’Ouest, dont la plupart ne restent ouverts que quelques années.


Dans les temps préhistoriques, le commerce des marchandises se pratique sur un vaste territoire le long de routes bien établies qui, dans certains cas, remontent à des milliers d’années. Il ne nous reste pratiquement rien de ces marchandises, dont le gros consistait en des produits périssables et semi périssables. Celles qui ont survécu au temps sont généralement des objets faits de pierre, de métal, de coquillages ou de minéraux; elles étaient souvent transportées sur des centaines, voire des milliers, de kilomètres. Aux sites archéologiques, la matière la plus commune ayant fait l’objet d’un commerce qu’on ait retrouvée est la pierre de silice, qu’on pouvait fractionner pour fabriquer des outils.

Les marchandises sont en général des produits finis. La plupart sont probablement échangées entre peuples voisins, car le commerce est combiné aux activités saisonnières de chasse et de pêche. Ainsi, les objets qu’on a retrouvés peuvent avoir été échangés de nombreuses fois avant d’aboutir au lieu de leur découverte. Partout, le commerce était intégré aux économies locales, qui répondaient à la plupart des besoins de subsistance.

Plus de 500 ans avant notre ère, le culte funéraire du peuple Adena, dans la moyenne vallée de l’Ohio, se répand dans la vallée du Saint Laurent et la région atlantique du Canada, où il influence plusieurs groupes culturels. Des offrandes prescrites, importées, accompagnent les défunts dans leur dernier repos. La présence de ces objets aux sites funéraires porte à croire qu’il fallait, pour les obtenir, disposer d’un vaste réseau d’échange de matières, dont du cuivre de la région du lac Supérieur, des coquillages marins de la côte est, des pipes tubulaires en argile réfractaire et des lames en pierre à deux tranchants provenant de la vallée de l’Ohio et d’ailleurs ainsi que des hausse cols en schiste poli d’origine inconnue.



ADVERTISEMENT


La page suivante :

Les Tsimshians de la côte


Pointer disabled  Allez maintenant!
Quiz :

Quel poisson les Tsimshians de la côte pêchaient-ils dans la rivière Skeena en été ?

La morue
La truite
Le saumon