Canadian Geographic
Left navigation image
Future of forestry

Passé


Le Canada doit sa naissance à l’abondance de ses ressources naturelles, à commencer par les ressources halieutiques de l’Atlantique dont l’exploitation remonte au XVIe siècle. La foresterie a atteint une stature économique digne de ce nom au début du XIXe siècle, et on estime qu’en 1870, les produits forestiers constituaient la principale exportation du pays, leur part dans l’économie canadienne atteignant 20 p. 100.

De puissants entrepreneurs
Au cours d’un XIXe siècle en plein essor économique, des entrepreneurs énergiques ont eu tôt fait de bâtir des empires en exploitant intensivement les forêts et les rivières aux eaux vives dont regorge le Canada. L’histoire de Bytown illustre bien l’esprit d’entreprise qui régnait alors. Après l’aménagement du canal Rideau en 1832, Bytown a prospéré grâce aux activités forestières le long de la rivière des Outaouais. En 1855, la jeune ville en pleine croissance a été renommée Ottawa avant de devenir, deux ans plus tard, la capitale du Canada. Aujourd’hui, de nombreux édifices du patrimoine d’Ottawa, qui avaient été construits pour les barons du bois, l’élite de l’époque, témoignent de l’influence autrefois exercée par l’industrie forestière.

Parmi les barons les plus en vue figurent E. B. Eddy, fondateur en 1854 d’une des plus grandes entreprises d’allumettes au monde, et John R. Booth, créateur d’un formidable empire industriel dont l’usine des chutes de la Chaudière, sur la rivière des Outaouais, a produit plus de bois d’œuvre que partout ailleurs dans le monde à la même époque.

Évolution industrielle
Lorsque le secteur du sciage atteint son apogée à la fin du XIXe siècle, celui de la production de bois à pâte devient prospère et compense en partie le fléchissement de la croissance de l’industrie. Un développement rapide de l’exploitation forestière en Colombie-Britannique contrebalance le déclin observé dans l’Est du Canada.

Entre 1910 et le début des années 1920, l’industrie forestière canadienne investit beaucoup dans la production de pâtes et papiers. À la fin des années 1920, le secteur souffre de surcapacité. Mais, grâce à des exportations florissantes jusque dans les années 1950, le secteur des pâtes et papiers devance tous les autres pour ce qui est de la valeur de la production des usines canadiennes.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, l’efficacité et la productivité deviennent des enjeux prépondérants pour l’industrie forestière, car les innovations réalisées dans d’autres secteurs remettent en cause sa position concurrentielle et sa pertinence.

De plus, la vocation exportatrice de l’industrie forestière est mise à l’épreuve durant le long différent sur le bois d’œuvre résineux entre le Canada et les États-Unis, qui s’est réglé par la conclusion en 2006 de l’Entente sur le bois d’œuvre résineux.

Questions environnementales
Pendant des années, les ressources du Canada ont été considérées comme vastes et éternelles. Aucune méthode cohérente de réglementation forestière n’a été élaborée avant le milieu des années 1820, qui a vu l’adoption d’un système de permis. Malgré cela, l’exploitation s’est poursuivie, et jusqu’au milieu du XIXe siècle, la quantité et la qualité du pin blanc, une essence très recherchée, ont diminué rapidement.

Au XXe siècle, reconnaissant la nécessité de protéger les ressources naturelles du pays, les chefs d’État et les dirigeants de l’industrie ont fondé l’Association forestière canadienne afin d’amorcer l’instauration de mesures de conservation, notamment la plantation d’arbres et la recherche sur des pratiques forestières efficaces.

Lorsque le mouvement environnemental s’est amplifié dans les années 1970, les coupes à blanc, l’exploitation des forêts anciennes et la destruction de l’habitat ont donné lieu à des confrontations entre écologistes et industriels qui ont souvent fait les manchettes.

Synopsis

Ce document propose, à partir d’une barre de défilement, un choix de peintures et de photos illustrant des scènesfamilières de l’industrie forestière canadienne du 19e siècle.



ADVERTISEMENT


La page suivante :

Présent


Allez maintenant!  Allez maintenant!
Quiz :

De quel animal et son habitat l'Entente sur la forêt boréale canadienne a-t-elle fait une priorité ?

La population boréale du caribou des bois
Le harfang des neiges
Le putois d'Amérique